Prodiges et miracles · Joe Menno

 

Le blues de la harpie, le premier roman de Joe Meno, m’attend sagement. J’ai mis la main sur son deuxième roman, Prodiges et miracles, lors de mon passage à Vincennes en début d’automne. Cette histoire de jument tombée du ciel, qui rapproche un grand-père et son petit-fils, avait tout pour me ravir. Et ce fut le cas.

Ça se passe dans une petite ville de l’Indiana agonisante, en 1995. Le vieux Jim Falls, un veuf vétéran de la guerre de Corée, élève des poulets et tire le diable par la queue. Les dettes s’accumulent, les factures s’empilent et le bas de laine sera bientôt épuisé. Il s’occupe de Quentin, son petit-fils métis, un ado solitaire, taciturne, maniaque de reptiles. Jim s’occupe de son petit-fils depuis que sa fille unique toxicomane lève les voiles quand bon lui semble.

Leur train-train quotidien vire de bout en bout quand survient un miracle, incarné par une jument blanche livré dans son van chez les Falls. Cet héritage tombé du ciel changera leur vie à jamais et les éprouvera, pour le meilleur et pour le pire.

À peine une petite dizaine de pages lues, j’ai tout de suite su que je passerai une bonne semaine livresque au coeur d’une Amérique rurale empoussiérée, en compagnie de ce grand-père taiseux et de cet ado introverti. La brume de violence qui plane au-dessus de ce roman se dissipe par moment pour laisser place à une complicité et un amour indéfectibles.

La force de Prodiges et miracles repose sur la relation entre le grand-père et son petit-fils. Le ciment de leur relation a beau être craquelé, il tient, et solidement à part de ça. Joe Meno met ses personnages en relation, explore les différentes couches de sédiments qui les composent. Il creuse sous la surface, révélant des personnages profonds et riches. Avec une grande économie de mots, il détaille ses ambiances par le biais dune écriture à la fois lumineuse et tourmentée. Ici, les silences sont plus éloquents que les mots. J’ai été emporté dans ce road-trip à travers une Amérique rurale en crise, à l’agonie, où les motels miteux, les gares routières poussiéreuses et les fast-foods défilent le long des routes.

Une petite peccadille ma agacée: la quatrième de couverture présente Quentin comme un sniffeur de colle. Je m’attendais à découvrir un ado boutonneux gelé en permanence. C’est loin d’être le cas. La colle s’est vite évaporée… 

Prodiges et miracles, Joe Meno, trad. Morgane Saysana, Agullo, 2018, 384 p.
 

Note : 4 sur 5.

© unsplash / Jeison Higuita

24 Commentaires

  1. J'étais heureuse, de fait, avec cet ado, mais surtout avec de son grand-père. Tu ne savais pas que je préférais les grands-pères aux ados?! Tsé, comme ceux chez Kent Haruf…! Il m'est encore arrivée une bourde! J'ai tenu entre mes mains \ »Le Blues de la harpie\ ». Je l'ai vendu et j'ai remis la main dessus. Maintenant, je sais que je vais le lire!Jeudi?! Nan… c'est le décalage horaire!!!

  2. tu devais être heureuse avec cet ado ! j'étais persuadée que tu avais lu le Blues de la harpie .. comme quoi ! du coup, je vais les emprunter (quand j'aurais le temps) et sinon je craque pour les deux livres jeunesse ! le dessin et l'humour, tout y est !!! dis-donc ton billet du mercredi est arrivé un jeudi…

  3. Prodiges et miracles a l'air très beau. Je crois que ce livre pourrait me plaire. Les personnages me parlent en tout cas! (Mais je trouve les deux couvertures très laides toutes les deux! Peut-être un jour en poche, avec quelque chose de plus intéressant?)

  4. Je crois aussi que cette histoire à toutes les chances de te plaire. De beaux et forts personnages, difficiles à quitter.Ah, nos enfants qui grandissent… Ma pré-ado n'en a que faire des albums jeunesse, mais moi, je suis encore une vieille enfant qui aime se gâter! (Tous les prétextes sont bons pour lire du jeunesse!)

  5. La relation entre Joe et son petit-fils est, à mon sens, ce qui constitue toute la force de ce roman. La distance qui les sépare, vite évaporée par les circonstances… Y'a pas à dire, les liens du sang sont plus forts que tout.

  6. J'ai fait la même lecture que toi de \ »Prodiges et miracles\ » : j'ai très vite su que cette histoire était pour moi. J'ai adoré, surtout pour la relation entre Joe et son petit-fils.En revanche, je ne connaissais aucun des deux albums dont tu parles, mais je trouve la petite graine verte superbe.

  7. J'avais déjà dressé une oreille à Prodiges et miracles suite à quelques avis enthousiastes, ton billet me confirme qu'il est temps de l'ajouter à ma liste de romans à découvrir, cette histoire devrait vraiment me plaire.Je note aussi les deux albums jeunesse, ils ont l'air extras ! Mes ados ont beau avoir bien grandi, j'ai encore quelques jeunes personnes à gâter dans mon entourage !

Laisser un commentaire