Ces maladies connues des grands lecteurs

Je suis tombée par hasard sur un passage de l’ouvrage d’Ella Berthoud et Susan Elderkin, Remèdes littéraires: se soigner par les livres, dans lequel il est fait état de douze maladies connues des grands lecteurs. Je me prête au jeu: je vais te révéler les maladies dont je suis atteinte, et celles dont je me suis guérie!
 
REFUS D’ABANDONNER À LA MOITIÉ  😇
De ce côté, j’ai retrouvé la santé. J’ai même réussi à chasser la culpabilité lié au fait de mettre de côté un roman à 35 $. Je le donne au suivant, en espérant qu’il fera son bonheur. Je lis en moyenne une petite cinquantaine de pages et si ça ne lève pas, je passe à un autre livre. Il arrive toutefois que je chasse de la maison un livre trop rapidement. Aussi, lorsque je lis un billet de blogue qui fait l’éloge de ce roman, il m’arrive d’aller l’acheter à nouveau (en rageant). Electra sait de quoi je parle…
 
ACHETEUR DE LIVRES COMPULSIF  😇
Je men confesse: un bon morceau de mes paies est destiné à l’achat de livres. Par contre, il ne s’agit jamais (ou alors là, très très rarement) d’achats compulsifs. Lorsque j’entre dans une librairie, je sais ce que je veux. 
 
AMÉNÉSIE ASSOCIÉE À LA LECTURE  😷
Malheureusement, je souffre de cette maladie. J’ai tendance à vite oublier le détail d’une intrigue. J’oublie surtout les fins – exception faite de celle des Raisins de la colère, mémorable! La plupart du temps, il me revient en mémoire une image, une scène ou un personnage. Heureusement, il me reste toujours une impression de lecture, une émotion qui lui est associée.  
 
TENIR UN JOURNAL DE LECTURE  😷
Je suis atteinte de cette «belle» maladie. Avoir un blogue et l’entretenir régulièrement revient à tenir un journal, non? Il y a même une annexe à ce journal: les commentaires échangés!
 
ÊTRE REBUTÉ PAR LE BATTAGE MÉDIATIQUE  😷
Oui, le battage médiatique autour d’un livre me rebute. Trop de lumière sur un livre a tendance à me faire fuir – je ne lirais pas le nouveau Houellebecq! Par contre, il peut m’arriver de lire un roman qu’on voit partout si l’auteur(e) ou le sujet m’intéresse. C’est ce qui est arrivé avec La vrai vie de Adeline Dieudonné. Reste que je préfère, et de loin, le bouche-à-oreille au battage médiatique.
 
CULPABILITÉ ASSOCIÉE AU TEMPS CONSACRÉ À LA LECTURE  😇
Au contraire, ce serait plutôt une culpabilité associée au temps qui n’est pas consacré à la lecture! Par ailleurs, comme la culpabilité ne fait pas partie de mon tempérament, je m’en sors plutôt bien de ce côté.
 
PRÊTER DES LIVRES QUE L’ON NE NOUS REND PAS  😇
Comme je suis très sélective sur les proches à qui je prête des livres, je suis certaine qu’ils rentreront au bercail! Donc, pas de souci de ce côté, je suis en pleine forme.
 
TENDANCE À LIRE PLUTÔT QU’À VIVRE  😌
Oui, mais non. Pour moi, il n’y a pas d’un côté la littérature, et de l’autre la vie. Ce que la lecture m’apporte déteint sur mon quotidien. Qu’il s’agisse d’une façon de penser, d’élargir mon esprit, d’ouvrir mes horizons. La lecture me permet surtout de relativiser. 

Sachant que lire des livres fait vivre plus longtemps – en moyenne, 30 minutes de lecture quotidienne permettraient de gagner deux ans de vie –, alors oui, lire plutôt que vivre! Je menligne donc pour vivre longtemps!

ÊTRE SÉDUIT PAR LES NOUVEAUX LIVRES  😷
De ce côté, je suis sérieusement affectée. J’entends «nouveaux livres» au sens large, au sens où un nouveau livre vient rejoindre ceux que j’ai. Il y a ceux qui aiment les nouveaux vêtements, les nouvelles chaussures, etc. Moi, ce sont les livres! Là-dessus, je ne regarde jamais à la dépense.
 
SUBMERGÉ PAR LE NOMBRE DE LIVRES CHEZ SOI  😇
Je suis guérie! Je fais de fréquents tris, élaguant souvent. Ne reste que les indispensables et les livres qu’il me reste à lire. Par ailleurs, ma PAL se porte mieux que jamais (autour de 80 livres).
 
INCAPACITÉ À RETROUVER UN LIVRE  😇
Ça va très bien de ce côté! Comme mon besoin de rangement frôle le TOC, je sais où se trouve chacun de mes livres. Enfin, la grande majorité.  
 
NE PAS SAVOIR QUELS LIVRES EMPORTER EN VACANCES  😇
Aucun problème de ce côté. Chez moi, «vacances» riment avec pavés. Comme je réserve la lecture de pavés aux vacances, le choix sen trouve facilité. J’en ai toujours un sous le coude, réservé pour les vacances d’été ou de Noël.

De toute évidence, je ne suis pas si malade que ça! D’autant plus que parmi ces maladies, plusieurs ne me semblent pas très sérieuses, comme «tenir un journal de lecture» ou «ne pas savoir quels livres emporter en vacances». N’en reste pas moins qu’à la base, un plaisir intrinsèque se dissimule derrière toutes ces «maladies»: le plaisir de lire.

Si ça te dit, prête-toi au jeu, toi aussi…

Virginie, Electra et Claude ont déjà joué. 

© unsplash / Taisiia Stupak

32 Commentaires

  1. Oh c'est chouette et rigolo comme concept d'article ! 😀 J'ai l'impression que je suis plus ou moins le même genre de lectrice que toi.. Par contre une pile à lire qui s'élève à 80 livres Wouaou… Moi qui me croyais submergée avec ma vingtaine ou trentaine de livres !! ahah

  2. Oui, elle est pénible, cette amnésie. En même temps, il faut bien faire aussi le tri dans sa mémoire, hein?!Pour la tendance à être submergée, ce n'est pas un problème tant et aussi longtemps que tu n'étouffes pas!

  3. Enfin quelqu'un en bonne santé! C'est bien vrai que nous serions bien différentes si la lecture ne faisait pas partie de notre vie.Vacances et pavé / lecture au long cours forment un bon mix, je trouve.

  4. excellent ce billet! forcément je te rejoins sur beaucoup notamment cette pénible amnésie à la lecture, par contre de mon côté ma tendance à être submergée par le nombre de mes livres est loin d'être sur la voie de la guérison…

  5. J'adore ! et je me retrouve dans presque toutes tes réponses ! Comme j'ai perdu beaucoup de livres prêtés, maintenant je note à qui je les prête mais… je ne les revois pas pour autant car je n'ose pas les demander…

  6. Ahah je ne me sens pas trop atteinte, ou alors que de manière positive ! Je trouve aussi que vie et lecture sont indissociables, et je ne vivrai pas ma vie de la même façon si je n'étais pas une grande lectrice? Ce sont les romans qui me permettent de mieux comprendre le monde et les personnes qui m'entourent ! Je suis aussi férue de pavés pour les vacances 😉 Et évidemment je tiens un journal de lecture ! Mais je ne compte pas me faire soigner ! Bisous !

  7. Mon exemplaire, traduit traduit en français, est également \ »adapté\ » aux lecteurs francophones. Les conseils de lecture sont plutôt pertinents, oui, et de qualité dans l'ensemble, même s'ils ne brillent pas toujours par leur originalité (et il y en beaucoup que j'ai déjà lus). C'est certes sans prétention, mais pas trop simpliste non plus, et agréable à lire..

  8. Tu as raison. Sans doute que dans dix ans, certaines réponses seront différentes.C'est chouette que ce tag t'ait donné envie de lire le livre, et un autre, et encore un autre (insatiable lectrice)!

  9. Il faut cesser de prêter ou bien t'assurer que la personne est digne de confiance! Mais je me doute que ça ne doit pas être si simple.Acheteur compulsif, toi? Et moi qui pensais que tu recevais en sp tous tes livres!

  10. Amnésique et influençable?!En tout cas, je suis contente de ne pas être seule à oublier! D'ailleurs, ça semble plus répandu que je le pensais.Pour «Être séduite par de nouveaux livres», on ne cherche pas trop à guérir si nous fréquentons les blogues et écoutons des chroniques! Je t'avoue que je n'ai pas envie de soigner ce mal! Au contraire, la curiosité est une merveilleuse qualité, signe de vie qui pétille!

  11. Oh oui, il y a pire comme pathologies ! J'avais acheté par curiosité cet ouvrage sur les \ »Remèdes littéraires\ », qui se feuillette et se picore avec grand plaisir. C'est assez drôle d'ailleurs, il y a des conseils de lecture pour soigner des maux aussi divers que l'avarice ou la crise de la cinquantaine, la xénophobie ou la migraine…

  12. Disons que les symptômes changent un peu avec l'âge et nos moyens financiers. En prime, tu nous donnes au moins le goût de lire le livre, mais comme je ne le trouve pas à la BANQ, je me rabattrai sans doute sur celui de Regine Detambel: Les livres prennent soin de nous: Pour une bibliothérapie créative

  13. Je joue ! j'adore ces maladies, je suis définitivement atteinte ! du coup, je gagne aussi plein d'espérance de vie à te lire ! et oui, je sais à quel point tu dégaines vite, parfois trop vite !!je suis jalouse de ta petite PAL pourtant j'élague énormément ! cette année, j'ai quand même fait des changements – avant je culpabilisais un peu pour l'argent mis dans les livres, cette année terminé ! comme toi, je ne dépense pas ailleurs du coup pourquoi me priver ? juste un budget car il faut quand même que je nourrisse les lions !!

  14. Ah là là, oui, certains de ces titres me parlent comme Amnésie à la lecture. Souvent, il ne me reste que des impressions de lecture, ou bien des passages marquants ou au contraire des anecdotes! Je suis heureuse de ne pas être la seule dans ce cas. Mon deuxième point noir: Etre séduite par de nouveaux livres! Ce matin encore, j'ai écouté une chronique qui m'a fort donné envie de lire Changer le sens des rivières de Murielle Magellan. Voilà, voilà…

Laisser un commentaire