Ordinary people · Diana Evans

Ordinary People. Des gens ordinaires. C’est bien ce dont il est question dans le troisième roman de l’anglo-nigériane Diana Evans. Ordinary People débute en 2008, lors d’une soirée à Brixton pour célébrer l’élection de Barack Obama. Le roman se termine autour de la mort de Michael Jackson, en juin 2009. Entre les deux, on suit le quotidien de deux couples de trentenaires. Deux familles britanniques noires. Melissa et Michael vivent ensemble depuis dix ans. Ils viennent d’avoir un deuxième enfant et d’emménager dans une petite maison du sud de Londres. Ils incarnent l’image du couple parfait. Évidemment, derrière le mur des apparences, la fondation se fissure. Leurs amis Stephanie et Damian, mariés depuis quatorze ans, parents de trois enfants, subissent aussi des turbulences.

Dans cette chronique de la vie ordinaire de la classe moyenne bien nantie, Diana Evans se concentre sur les moments de désenchantement de ces «gens ordinaires»Sur l’impression qu’ils ont de se dissoudre dans la vacuité. Tous les hauts et les bas – surtout les bas – de la vie de couple y passent: usure, ambitions déçues, petites lâchetés, ennui, désillusion.


La passion, dans sa vérité la plus vraie et la plus féroce, ne fait pas bon ménage avec le dentifrice. Elle n’attend pas qu’on se soit démaquillée et exfoliée. Elle veut de la spontanéité. Elle réclame de l’imprudence. La passion est toujours un peu grossière, et ils étaient trop propres, une fois leurs visages lavés, leurs bouches rafraîchies, les portes, les fenêtres, la cuisinière et les robinets vérifiés pour éviter que la maison ne brûle, n’explose ou ne sombre sous les eaux.

Plusieurs sujets sont abordés, à commencer par la conciliation travail-famille, les crises de panique, la gentrification, l’identité raciale, l’éducation des enfants et l’aliénation du quotidien.

Melissa proférait un profond mépris pour cette activité servile, qui revenait semaine après semaine comme pour vous rappeler la futilité désespérante de l’existence humaine et l’interminable liste des tâches domestiques à accomplir. Faire le ménage n’était ni thérapeutique, ni distrayant, ni stimulant d’un point de vue intellectuel, contrairement aux prétentions de certains. En quoi était-ce gratifiant de se prendre de la poussière en plein visage?

Il n’y a pas qu’au sein du couple que ça va mal. Côté cour, ce nest pas plus réjouissant. La violence des gangs qui s’intensifie, la solitude des personnes âgées, la précarité économique traversent le roman. En cela, ce roman est bien de son temps.

Le style de Evans est subtil et perspicace. Les pointes d’humour jaillissent au détour. Le portrait d’ensemble est riche et nuancé. Au final, il se passe bien peu de choses tout au long de ces 400 pages. On est dans un roman de pure atmosphère. Disons que la vie est ainsi faite et quand on sait à quoi s’attendre, on risque moins d’être déçue.

J’ai mis deux semaines à lire ce roman de près 400 pages. Ce n’est pas dans mes habitudes de mettre autant de temps. Ça doit signifier quelque chose… En somme, quand on se compare, bien souvent on se console. Et ça me rappelle que je suis plutôt contente dêtre en couple avec… moi-même!

Le plus grand défi dans la vie est de ne pas mourir avant de mourir.

Ordinary People, Diane Evans, trad. Karine Guerre, Globe, 384 pages, 2019.

20 commentaires

  1. J'ai lu des avis diversifiés sur ce roman, du coup j'hésitais (d'autant que j'ai pas mal d'autres sollicitations attrayantes, il faut bien le dire). Mais ton billet me rassure, ce roman devrait me plaire. Je vais le guetter à la médiathèque 😀

  2. J'ai très hâte d'avoir ton verdict. Les avis sont très mitigés, je trouve. Reste qu'à mon avis, le sujet est habilement tricoté et explore en profondeur les vicissitudes de la vie de couple. Après, on aime ou non!

  3. On se rejoint à 100% sur notre intérêt et curiosité pour les «tranches de vie». L'intimité du couple, telle que présentée dans ce roman, est difficilement accessible autrement que par la littérature. Ici, l'observation est bien décortiquée et très éclairante.

  4. Je suis ravie de lire un commentaire aussi enthousiaste. D'autant plus que je trouve que ce roman a été négligé. On ne l'a pas vu (lu) assez à mon goût.J'aime ces romans qui racontent l'ordinaire en le sublimant. Le regard est précis et bien ancré dans le quotidien. Un roman qui résonne…

  5. Pour ma part, ce fut un turn over (lu en 2 jours). Un livre magistral qui ne raconte la vie que des gens très ordinaires, mais de façon sublime et empathique. Une auscultation très fine de nos désirs inassouvis, de nos vies mélancoliques.gracedubois

  6. J'aime généralement ce que mon amoureux a pour habitude d'appeler pour me taquiner mes \ »tranches de vie\ ». J'aime pouvoir observer ce qui se passe chez les autres, comparer, bien sûr, mais aussi apprendre de cette observation des mœurs.Il me semble même bien avoir craqué (et cliqué) un jour et que le roman sommeille depuis dans ma liseuse.

  7. \ »un roman de pure atmosphère\ »? pas sûre qu'il soit fait pour moi celui-ci et je n'ai pas l'impression que tu as été emballée par cette lecture…

  8. Ma conclusion? Le fait que je sois en couple avec moi-même?! Disons que je suis une heureuse célibataire et que je ne voudrais pour rien au monde changer ma situation. La lecture de ce roman me conforte dans mon choix! Quand on se compare, on se console!

  9. Et moi, je te le dis tout de go, ce roman ne te plaira pas. Je le sens. Les petites misères de la vie de couple, ce n'est pas ta tasse de thé! Pas vraiment la mienne non plus, remarque, mais lorsque c'est traité sous le mode des travers et des remous, ça m'intéresse davantage. D'où la lecture de ce titre! Disons que j'en ai eu pour mon compte.

  10. ah le voilà ce billet ! Je sais que tu l'as trainé .. les romans d'atmosphère pourquoi pas, mais moi je sens que je préfère Tessa Hadley du coup. Je ne dis pas non, mais sur ma liseuse – je ne sais pas pourquoi, mais je pense qu'il irait mieux là !

  11. Il me semble que je l'avais noté ce titre, un jour… et aussi vite oublié comme les nombreux livres que je note… Je pense qu'il pourrait me plaire.J'aime ta conclusion…

Laisser un commentaire