Balance-moi tes classiques

Ceci (la lecture des Grandes Espérances) amenant cela: j’aimerai savoir ce que tu penses des œuvres dites «classiques».

  • · D’abord, en lis-tu, toi, des classiques? Si oui, pourquoi en lis-tu?
  • · S’il ne devait rester que trois classiques dans ta bibliothèque, ce serait lesquels?
  • · Trois classiques que tu as trouvé indigestes et qui te sont restés sur l’estomac.
  • · Il ne te reste que trois classiques à lire avant de mourir. Lesquels?
  • · Avant de mourir, tu tiens à relire ces trois classiques. Lesquels?

Calvino écrivait, dans Pourquoi lire les classiques :

Si l’étincelle ne jaillit pas, rien à faire: on ne lit pas les classiques par devoir ou par respect, mais seulement par amour. Du moins hors de l’école […]. L’école est tenue de nous donner des instruments pour opérer un choix; mais les choix qui comptent sont ceux qui se font après et en dehors d’elle.

Mon épluchage des classiques s’est surtout fait dans la vingtaine. Les plus marquants n’ont pas été lus dans le cadre de mes études universitaires, mais bien en dehors des salles de cours. Ma règle était, et est encore toute simple: découvrir un auteur par un de ses livres. Selon ce que j’en retire, je poursuis ou non sa découverte. Si je me casse les dents ou pique une crise d’urticaire, je ne récidive pas. Je me suis justement cassé une dent sur L’Homme sans qualité. Ça m’a suffit! Si je lis principalement de la littérature américaine aujourd’hui, il n’en a pas toujours été ainsi. Dire qu’il y a une quinzaine d’années, je levais le nez sur cette littérature! Comme quoi nos parcours de lectures changent et évoluent.

J’aime revenir aux classiques pour les ponts qu’ils jettent entre le passé et le présent. Par son universalité, un bon classique traverse le temps sans prendre une ride. J’aime lire un classique lorsque l’état du monde m’insupporte trop. Quand je veux oublier que les portables, la chirurgie esthétique et les téléréalités existent! Quand je veux fuir la cacophonie et la surabondance d’images. Un classique me plonge dans un passé révolu que je ne pourrais jamais vraiment connaître.

S’il ne devait rester que trois classiques dans ma bibliothèque…

Trois classiques qui me sont tombés des mains

J’ai tenté le coup, mais j’ai abandonné en cours de route. À tort ou à raison, à mes yeux et aux miens seulement, ils détiennent la palme de la complexité et/ou de l’ennui!

Il ne te reste que trois classiques à lire avant de mourir…

Encore un petit bout de Calvino:

On devrait consacrer, à l’âge adulte, un temps à la redécouverte des plus importantes lectures de sa jeunesse. Car, si les livres ne changent pas […], nous-mêmes avons changé, et nos retrouvailles avec eux sont des événements nouveaux. 

Avant de mourir, tu tiens à relire ces trois classiques…

J’aimerais connaître tes choix à toi. Tu veux bien?

43 Comments

  1. […] mon billet, je me suis inspirée (avec son autorisation) du billet de Marie-Claude. Je me réserve le droit de ne pas expliquer mes choix car il se pourrait que ces livres […]

  2. Je ne peux plus te répondre à la suite des autres commentaires, mais oui, revenons au point de départ. Je vais voir si quelqu’un peut me conseiller pour les traductions !

    1. Aucun souci. J’attendrai de tes nouvelles avant de passer commande.

  3. Pour les trois classiques de ma bibliothèque et ceux qui me tombent des mains on est d’accord… J’aime beaucoup les classiques car un certain tri à été effectué par le temps et on a moins de déceptions souvent😃

    1. On se rejoint sur nos classiques, alors!

      Après les avoir quelque peu négligés, j’ai une grande envie de revenir aux classiques. Plus de temps à perdre!

  4. Bon, tu connais mon histoire avec les classiques 🙂 des profs de collège remontés contre l’éducation nationale, du coup je n’ai pas lu de classiques que des contemporains (seule exception Maupassant (ouf)) et Germinal. Je suis arrivée au lycée et là catastrophe…
    Pour les trois préférés, difficile .. Il y a forcément Orgueils et Préjugés, Jane Eyre et Middlemarch ah non il compte L’Idiot ? Et Mirbeau ? J’ai adoré ma lecture tu le sais, et puis forcément comme toi De Sang Froid. Les Faulkner m’attendent et Steinbeck forcément .. et puis Dickens .. bref, je me perds !

    J’ai commencé à relire des classiques anglais avec le challenge Victober et j’ai décidé il y a deux ans de me rééduquer toute seule ou presque pour les classiques français du coup j’ai lu Le Père Goriot et beaucoup aimé, par contre, L’éducation sentimentale je l’ai fini mais pitié !

    ça me rappelle La chartreuse de Parme en seconde, oui je l’ai laissé tombé des mains ! Stendhal m’a rebuté.. depuis je n’ai jamais osé lire ses autres écrits.

    J’ai relu Jane Eyre et Orgueils et Préjugés et toujours aussi bons ! et puis il y a Salinger, est-ce un classique ? comme tu le sais, il m’occupe nuit et jour !!!

    hâte de te montrer mes derniers achats, car il y a plein de classiques !! achetés hier matin 🙂

    1. Je connais bien ton histoire, oui. Heureusement, il n’est jamais trop tard et tu te reprends très bien!
      En passant, je me suis commandé mon premier Mirbeau, Le journal d’une femme de chambre, grâce à toi.
      J’aime d’ailleurs beaucoup suivre tes lectures et ce qui les motive (pour ça, il me manque des bouts!)
      Stendhal? Tu m’oublierais! Après Le rouge et le noir, pas question que je me refarcisse un de ses écrits!
      Je considère Salinger comme un classique! Et… je sais à quel point il t’habite.
      Jane Eyre est prévu cet été!

  5. Ton article m’a tout de suite interpellée, il y a un temps pas si lointain où je lisais plus de classiques et j’ai justement l’envie d’y revenir. Pour moi, un classique est une valeur sûre. Je lis beaucoup de contemporain et ces derniers temps, je n’y trouve plus forcément toujours mon compte en qualité.

    Un peu sur un coup de tête, j’ai décidé de commencer dans l’ordre la comédie humaine de Balzac. Etrange décision puisque j’avais lu quelques Balzac durant ma jeunesse et sans le détester je n’avais pas adoré non plus. Mais bref, j’ai commencé ces jours et pour ceux que j’ai lu (2 pour le moment), j’ai été étonnée de la facilité que j’ai eu à les lire. Ça me plait beaucoup plus qu’il y a vingt ans.

    Mes 3 classiques préférés sont « Les raisins de la colère » J.Steinbeck, « Hurlevent » E. Brontë, « Anna Karénine » L. Tolstoï

    Faulkner, « Tandis que j’agonise », je l’ai lu en anglais, une lecture tellement ardue que j’ai bien failli abandonner. Et au final, j’ai trouvé ce roman magistral. Une langue au-dessus de tout. Je le classe donc à part.

    Les 3 que je n’ai pas pu terminer, je ne sais plus, mais il me vient Hugo « Notre Dame de Paris » et « Mrs Dalloway » V. Woolf (je compte réessayer celui-ci un jour, mais je m’y ennuyais comme jamais)

    Les 3 que j’aimerais lire avant de mourir,
    Poursuivre la Recherche de Proust et la terminer, Jane Austen « Orgueil et préjugés », un roman de Thomas Hardy

    Sinon, j’apprécie un Zola de temps en temps et je compte lire « La Peste » A. Camus encore cette année.

    1. Pareil, j’avais pour ainsi dire cessé de lire des classiques et là, j’ai envie d’y revenir, entre deux romans contemporains.
      Je suis d’accord avec toi: il faut chercher plus loin pour y trouver son compte dans les romans contemporains. Je le trouve encore, mais ça vacille par moment (ou par saisons littéraires).

      C’est fabuleux, je trouve, de découvrir que l’impression laissée par les classiques lus il y a belle lurette évolue. Que Balzac te fasse de l’effet aujourd’hui, par exemple. L’inverse est, je crois, aussi vrai. Relire un coup de coeur de notre adolescence peut être périlleux, voire décevant.

      On partage Steinbeck! Le roman d’Emily Brontë avait fortement marqué ma vie de jeune adulte. J’ai essayé de le relire, et je me suis arrêtée à mi-chemin, déçue (trop romantique et tragique à mon goût!) Je vais lire pour le première fois Jane Eyre cet été. On verra bien!

      J’adore Faulkner. Il est moins hermétique lorsqu’on le lit tard dans notre parcours de lecteur!

      Je n’ai jamais lu Hugo et j’avoue que je ne suis pas du tout tentée. J’ai vu tellement d’adaptations cinématographiques que j’ai l’impression(fausse, assurément) de tout connaître!

      Pour Virginia, je suis embêtée! J’ai l’impression que je me suis forcée à aimer ce que j’ai lu d’elle. À m’écouter, aujourd’hui, je n’ai pas avoir envie de remettre ça! Par contre, je serais bien curieuse de découvrir Thomas Hardy! Et lire enfin Jane Austen fait partie de mes plans!

      J’ai relu La Peste l’an dernier (ma première lecture remonte à plus de trente ans. Cette fois, ma relecture a passé le cap. J’ai tout autant apprécié, mais à un niveau différent.

  6. J’ai lu beaucoup de classiques en secondaire à l’école – j’adorais Zola et j’ai détesté Madame Bovary et Le père Goriot, puis j’ai continué lors de mes études, dans le cadre du cours d’histoire de la littérature européenne, où j’ai découvert pas mal de choses. Je me souviens avoir commencé Dante dans une toute vieille édition mais j’ai vite changé pour trouver une traduction un peu plus moderne. Mais depuis, j’ai complètement laissé tomber, je suis trop tentée par des romans plus contemporains !
    Peut-être que je devrais m’y mettre, je n’ai jamais lu Jane Austen par exemple !

    1. Tu as donc étudié en lettres?

      Dante? Tu avais de l’ambition. Il m’a toujours paru si obscur, voire hermétique.

      Je n’ai jamais lu Jane Austen moi non plus! On se fait une lecture commune vers la fin de l’année? Allez, un petit roman victorien!

      Est-ce l’approche de la cinquantaine ou l’envie de reluquer vers le passé? Quoiqu’il en soit, je reviens vers les classiques, mais juste ceux que j’ai envie de découvrir, en alternant avec les romans contemporains.

      Merci grandement d’avoir répondu.

      1. J’ai étudié l’histoire, en fait, donc pas les lettres en tant que telles, mais ça fait partie de la même faculté.
        Pour Dante, je me suis bien amusée en fait en lisant l’Enfer, le Purgatoire c’était beaucoup moins drôle et je n’ai donc jamais lu le Paradis.

        On peut participer au challenge Victober ! Il faudra que je me prépare !

        1. Ici, histoire et lettres sont séparées. Et pourtant…
          Pour Dante, je persiste: j’admire ton courage!
          Oui pour le challenge Victober. J’ai commandé Mansfield Park. Ça t’irait quand même?

          1. Je n’aurais peut-être pas choisi celui-là en premier, mais pourquoi pas. Je me pose par contre la question de la langue: le lire en anglais mais peut-être bloquer parce qu’un peu compliqué, ou le lire en français sachant les traductions sont peu fidèles ? : « Il n’y a ensuite plus de traduction jusqu’en 1945, où paraît celle de Léonard Bercy, en Belgique. Puis en 1980 Christian Bourgois édite une traduction nouvelle de Denise Getzler, rééditée en 10/18 à partir de 1985. Cependant, comme pour les autres romans, ces traductions successives peinent à donner une image fidèle de l’œuvre originale. » – extrait de la page wikipedia.

          2. Je suis en train de changer mon fusil d’épaule après avoir lu ceci sur un forum: «Mansfield Park c’est le plus compliqué de tous, plein d’allusions au théâtre pas forcément transparentes… Les traductions que j’ai feuilletées m’ont souvent paru très ampoulées par rapport au style d’Austen, ça peut nuire à la lecture.»

            On reviens au point de départ?!

            Pour la traduction, comme je ne lis (malheureusement) pas en anglais, la question ne se pose pas de mon côté.
            En revanche, pour les traductions, j’ai tellement été sous le charme de la traduction des Grandes espérances par Sylvère Monod que, depuis, je cours après ses traductions! Malheureusement encore, il n’a pas traduit Jane Austen.

  7. J’ai bien lu quelques classiques à l’adolescence (Thérèse Raquin a été le plus marquant), mais assez peu par la suite, jusqu’à il y a trois ans environ. Depuis longtemps, j’avais ce sentiment « mon dieu, je n’ai pas encore lu ces livres qu’il faut lire avant de mourir ! ». Plusieurs classiques me faisaient envie, mais j’en retardais toujours la lecture. Paradoxalement, c’est grâce aux jeunes booktubeuses et bookstagrameuses que je m’y suis remise « sérieusement » à presque 50 ans. Ma définition des classiques est aussi assez large, jusqu’aux années 70 disons. J’en ai aussi découvert dont je ń’avais jamais entendu parler avant. Parmi mes préférés lus ces dernières années : De sang-froid, Madame Bovary, les nouvelles de Tchekhov et celles de Schnitzler, L’hiver de force, Kamouraska, Un roi sans divertissement, Le journal d’une femme de chambre, Epépé, Homo Faber, Le journal d’Edith, Rebecca.

    1. Merci pour ta réponse.

      Thérèse Raquin est le seul (et marquant) Zola que j’aie lu. Assez marquant pour que je remette ça.

      Comme toi, c’est à presque 50 ans que je reviens plus assidûment vers les classiques. Je suis ravie de voir sur les réseaux sociaux une recrudescence de classiques, surtout lorsque c’est par choix plutôt que par lectures scolaires imposées.

      Le journal d’une femme de chambre me tente beaucoup. D’autant plus que je n’ai jamais lu Mirbeau.

      Tu m’as incité à faire une petite recherche! Epépé et Le journal d’Edith? Je ne connaissais pas. Bien joué! je viens de commander le roman de Patricia Highsmith!

      1. Trop hâte d’avoir tes avis sur les deux journaux, celui d’une femme de chambre et celui d’Edith! J’espère vraiment qu’ils te plairont.

        1. J’espère aussi! Ma pile à lire prend des proportions gargantuesques. J’espère leur trouver une place cette année!

  8. Parmi les classiques incontournables pour moi : Balzac, Hugo, Proust, Tolstoï, Dostoïevski, Tchekhov, Roger Martin du Gard, Genevoix, Barbusse, Colette, Austen, Woolf, Brontë. Ils sont tellement nombreux !

    Par contre je suis restée totalement hermétique au Docteur Jivago et à Autant en importe le vent.

    Ceux que je j’aimerais relire : Au bonheur des dames de Zola, L’homme qui rit de Hugo, Le feu de Barbusse.

    1. Alors là, tu as lu la totale en classiques, tous les incontournables. Une vraie amoureuse! Tu as étudié en lettres ou tu as fait tes propres choix?

      On entend peu parler, aujourd’hui, de Roger Martin du Gard et de ses Thibault. Et pourtant… Barbusse? Il m’a fallu faire une petite recherche! Je n’avais jamais entendu parler de lui. De fait, Le feu semble plus que bien.

      J’aimerais lire tout Zola, dans l’ordre, si possible. Sinon, ce sera Au bonheur des dames!

  9. Je ne lis plus guère de classiques, mais j’ai eu une période, plus jeune, où j’en ai dévoré.

    Inconditionnelle de Zola, Baudelaire, Stefan Zweig, E.M. Forster, Jane Austen, Beckett, Molly Keane, Maupassant et Musset, entre autre.
    Je n’ai pas compris grand-chose à Ulysse, mais j’ai aimé, haha. Par contre je n’aime pas Proust, et je n’accroche pas plus que ça à Balzac.

    Plus jeune, j’ai aussi énormément lu de classiques en SF et en Fantasy. J’ai commencé par Barjavel et Anne McCaffrey. Le meilleur des mondes d’Aldoux Huxley et Un bonheur insoutenable d’Ira Levin m’ont particulièrement marquée. Je ne parle même pas du cycle de Dune de Frank Herbert et du Seigneur des anneaux de Tolkien, qui font partie de mes livres fondateurs.

    Hors SF/Fantasy, donc, s’il devait n’en rester que trois, c’est un peu difficile à dire, mais en tous cas en voici trois pour lesquels j’ai eu un avant et un après : Germinal d’Emile Zola, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee et Jane Eyre de Charlotte Bronté.

    Je veux absolument lire Les raisons de la colère et A l’est d’Eden de Steinbeck, et j’aimerais me relire toute la comédie humaine de Zola, dans l’ordre 🙂

    Pour tes incontournables, j’ai adoré De sang froid, mais jamais lu Faulkner, par contre !

    1. (Saperlipopette, j’ai bugué : c’est bien sûr tous les Rougon-Macquart de Zola que je veux relire dans l’ordre)

      1. Quelle bonne idée de les relire dans l’ordre. Si je m’attaque à tout Zola (bien avant Balzac), ce sera dans l’ordre.

    2. Maintenant, il me faut savoir pourquoi tu n’en lis plus guère alors que tu en as dévoré avant.

      Ah… Beckett! Je l’adore, tout simplement. Zweig aussi, mais à un niveau différent. Sa Lettre d’une inconnue m’avait bouleversée. Tiens, j’ignorais que Ira Levin avait écrit autre chose que le très dérangeant Rosemary’s Baby.

      Ah oui? J’ignorais que tu avais eu une période SF et Fantasy. J’en ai aussi déjà lu, sans m’attaquer, malheureusement, aux classiques.

      Je m’attaque à Jane Eyre cet été!

      Un immense merci à toi d’avoir répondu si généreusement.

  10. Et la question, c’est aussi « c’est quoi un classique » ? Est-ce qu’un Philip Roth, un Modiano, peuvent être considérés comme des classiques ? Ce qui revient à se demander si la notion de classique est irrémédiablement liée à une certaine « ancienneté » ..

    En tous cas, je valide tes 3 incontournables, « Tandis que j’agonise » notamment. Et on se retrouve aussi pour le Proust, je ne suis pas parvenue à dépasser les 200 premières pages du premier tome de La Recherche. Autre classique qui m’est tombé des mains: Gatsby le Magnifique, que j’ai lu en attendant éperdument un éblouissement qui n’est jamais venu.

    Parmi ceux qui m’ont le plus marquée, à part Faulkner : « Voyage au bout de la nuit », de Céline, et « Les fleurs du mal » de Baudelaire. Il y a aussi « Moby Dick », plusieurs Zola, « Crime et Châtiment », comme Krol, « Guerre et paix », « Le docteur Jivago »… (oui j’ai aussi eu ma grande période russe).
    J’aimerai relire « Le choix de Sophie » (classique ?), « Les Hauts de Hurlevent », « Rebecca », et « De sang-froid » aussi…

    Et il me reste encore beaucoup de lacunes, notamment ce cher Dickens justement (à part une version jeunesse de La petite Dorrit lu à la pré-adolescence, je n’ai rien lu de cet auteur pourtant sans doute incontournable), et très optimiste, je me suis achetée l’an dernier une intégrale d’Homère… et celle des Gargantua et Pantagruel de Rabelais.

    Bon, j’ai un peu triché (3, c’est peu !) mais merci pour ce « mini-tag », c’était très plaisant !

    1. Sérieusement, je pense que la définition d’un classique est, à la limite, propre à chacun. Dans mon cas, publié il y a 50 ans et plus est à peu près mon barème.

      Voyant nos points communs pour les incontournables (d’autant plus que j’ai hésité à mettre le Voyage au bout de la nuit) et notre détestation de La Recherche, je ne serais pas tentée de lire Gatsby le Magnifique!

      Je compte bien attaqué un de ses quatre Moby Dick. Maud, ma copropriétaire-libraire vient à peine de le terminer et, malgré sa lecture en montagnes russes, ce qu’elle en a pensé m’incite à le lire.

      Ah, Le docteur Jivago. Pas lu, celui-là. Lorsque l’envie me reprendra de retourner en Russie, j’irai vers lui, avant Toltoï!

      J’aimerais aussi beaucoup relire Styron, tant Le choix de Sophie (première lecture marquante) que Un lit de ténèbres. On se planifie une lecture commune? Par contre, pour Homère et Rabelais, tu m’oublies!!!

      Merci grandement à toi d’avoir si longuement répondu.

      1. Pourquoi pas, avec plaisir même ! mais pas pour tout de suite (tu sais pourquoi !!). Du coup, vois-tu un inconvénient à relire plutôt Un lit de ténèbres, que je ne connais pas ? Et ce serait plutôt pour juin, environ..

        1. OUI, je le veux! Ne trouvant plus ma vieille édition, je viens de me commander à nouveau Un lit de ténèbres.
          Plus fin que début juin, ok pour toi? On en rejase…

  11. Cet article tombe à point nommé! 🙂 Qu’attends-tu pour nous rejoindre avec notre challenge 🙂

    Tes trois classiques dont tu ne te séparerais pas sont des monstres de la littérature! Je n’ai lu que le Truman Capote mais Steinbeck ferait évidemment partie de ma sélection aussi avec son A l’est d’Eden et j’ajouterai Une chambre à Soi et Antigone d’Anouilh.

    Je n’ai pas lu tes livres qui sont tombés de tes mains et je ne suis pas intéressée par eux! 😀 si je devais choisir: je dirai La peau de Chagrin / l’Odyssée d’Homère / Chez les Heureux du monde

    « il ne me reste que trois classiques à lire avant de mourir » : les Rougon-macquart que je prends un groupe 😀 / Mrs Dalloway / Les raisins de la colère

    Avant de mourir, tu tiens à relire ces trois classiques…: je te rejoins sur le Faulkner… je l’avais lu pour notre challenge avec Moka. Je n’ai rien compris, je le relirai c’est certain. Et je rajoute : Les Hauts de Hurle-Vent / Madame Bovary.

    Belle journée Marie-Claude!

    1. Je ne sais pas où j’avais la tête pour louper votre challenge. Je compte sur vous pour remettre ça et tu as ma promesse que j’y participerai avec plaisir.

      Trois classiques dont tu ne te séparerais pas? Tu as dépassé le nombre imposé! Mais devant la panoplie de tes choix, c’est accepté!

      J’aurais aussi pu mettre l’Odyssée d’Homère, indigeste pour moi. Je ne connaissais pas le roman d’Edith Warton, mais il y a une orpheline et j’adore ça! J’ignore pourquoi, les classiques avec des orphelins, je cours après! Leur absence dans la littérature contemporaine doit expliquer cela!

      Lire les Rougon-Macquart avant de mourir? C’est ambitieux, mais intriguant! Ah, et Virginia! Maud capote sur elle et ambitionne de tout lire.

      Quel Faulkner avais-tu lu? Surtout pour ne rien y comprendre??

      Relire Madame Bovary, que j’avais adoré, ça c’est une excellente idée. L’an prochain pour la remise de votre challenge?

      1. Je serai ravie de te compter parmi nos participants! 🙂

        Je suis comme toi les orphelins je les aime bien 😀
        Je viens de recevoir Au bonheur des dames de Zola, ça me fait donc 4 romans de la saga déjà chez moi, il ne m’en reste plus que 16 à me procurer !

        J’avais lu Le bruit et la fureur ( https://pagesversicolores.wordpress.com/2020/12/04/le-bruit-et-la-fureur-william-faulkner/ ) dans le cadre de notre challenge justement… c’était trop trop ardu.

        Notre challenge n’est pas prêt de s’arrêter, Moka et moi sommes motivées à continuer 🙂

        1. Je cogite à savoir si je me lance maintenant ou plus tard. Reste que ça me tente fort! Je tente de m’organiser un petit programme de lectures et te reviens.

          Un Zola de plus chez toi? Ça commence à avoir de l’allure!

          Pour Faulkner, tu as lu l’un de ses plus inaccessibles romans. C’est vraiment dommage. Tu pourrais remettre ça avec Tandis que j’agonise. Son plus accessible, selon moi…

  12. Oh je l’aime ton article et je vais essayer de répondre à tes questions, tiens !
    Jusqu’à l’âge de 25-30 ans, je ne lisais que des classiques (études littéraires obligent), j’ai eu ma période Zola, ma période Dostoïevski, Flaubert, Hemingway, Stefan Zweig, Steinbeck et plus récemment Jack London… J’ai adoré Belle du seigneur…
    Quant à Proust, j’ai adoré Du côté de chez Swann parce qu’un professeur à la fac, nous en lisait des passages entiers avec talent… il commentait avec talent aussi.
    Les trois classiques qui m’ont marquée à tout jamais : Les raisins de la colère de Steinbeck (et oui, moi aussi), Mme Bovary de Flaubert, Crime et Châtiment de Dostoïevski. Et au-dessus de tout Le petit prince de St Exupéry, je le connais par cœur, puisque je le fais lire ou je le lis à mes élèves très très régulièrement. Pendant le confinement, je me suis enregistrée…
    William Faulkner, je n’ai jamais osé, tout comme Joyce, par peur de ne pas comprendre…
    Trois classiques qui me sont tombés des mains : La peau de chagrin de Balzac, A l’ombre des jeunes filles en fleur de Proust (bah oui, une fois lâchée, sans la main et la voix de mon prof, tout s’est éteint), Lettres persanes de Montesquieu.
    Trois classiques à lire avant de mourir : tous les romans de Jack London ou Romain Gary… et ça fait bien plus de trois !
    Aujourd’hui, je lis essentiellement de la littérature contemporaine, je m’y retrouve mieux… Mais j’aimerais tout de même découvrir d’autres romans de Dickens (bah oui, c’est de ta faute !) ou Jane Eyre (jamais lue), ou Truman Capote.
    Et voilà ! Ça te va ?

    1. Si ça me va? C’est plus que parfait, miss!

      Comme toi, je n’ai lu pendant longtemps que des classiques. Je boudais tout ce qui était contemporain et n’avais pas la moindre idée de ce qui était à l’ordre du jour côté nouvelles publications. Les temps changent, hein?!

      Tes périodes, maintenant. J’ai aussi eu ma période Dostoïevski, Flaubert et Zweig (Lettre d’une inconnue m’avait jetée par terre), pour ne nommer que ceux-là. Hemingway, par contre, je n’ai jamais osé. L’homme ne m’attire pas et ça déteint sur ma non envie de le lire!

      L’influence d’un professeur peut tellement joué sur notre parcours… Il devait être extraordinaire pour te faire apprécier Du côté de chez Swann! Je n’ai pas eu un tel prof!

      Je te seconde à 100% avec Steinbeck. Quelle fougue, quel pouvoir d’évocation…

      Je n’en ai pas parlé, mais mon coup de foudre pour Le petit prince de St-Exupéry m’avais amené à me délecter de Citadelle, un pavé transcendant.

      C’est fou comment Faulkner fait peur à plusieurs. Et pourtant, si j’adore, c’est qu’il est accessible! Pour Joyce, rien à faire! IL est inaccessible!

      Les trois classiques qui te sont tombés des mains m’auraient aussi tombé des mains, j’en suis certaine!

      À lire? Idem pour London, que j’avoue ne jamais avoir lu, mais qui a tout pour me plaire. Quand à Gary, après La vie devant soi, je n’ai jamais remis ça à regret. Mais je ne perds rien pour attendre!

  13. Il est chouette ce tag! De mon côté, les classiques et moi ça n’a jamais été une grande histoire d’amour et ils ont souvent été mis de côté.
    Grâce au challenge de Moka et Fanny, je comble mes lacunes depuis quelques mois et les belles surprises s’enchainent, j’y prend goût! 🙂
    Parmi les classiques qui m’ont particulièrement marquée ado il y a Le bonheur des dames de Zola ou encore La nuit des temps de Barjavel. Et dernièrement, Jane Eyre et Orgueil et préjugés se sont ajoutés à la liste de mes favoris. Quant à Balzac, ça n’a jamais collé entre nous… (Belle du Seigneur m’attend, ça ne me rassure pas ton retour)

    1. Merci, Céline, d’avoir répondu aussi rapidement.

      Et dire que j’ai manqué le challenge de Moka et Fanny. Je ne sais pas où j’avais la tête.

      Les classiques lus à l’adolescence laissent une trace, une impression, positive ou non (jamais on ne me reprendra à avaler tant de poussière).

      Le bonheur des dames figure maintenant dans ma liste d’envies. De Zola, je n’ai lu que Thérèse Raquin à l’adolescence, qui m’avait fait une forte impression. J’ignore pourquoi je n’ai jamais encore remis ça. Jane Eyre m’attend cet été!

      Ces auteurs avec qui ça ne colle pas! Il y en a plusieurs, dans mon cas. Et je persiste à dire qu’il ne faut jamais forcer la chose!

      En tout cas, je suis ravie que tu aies participé au challenge et que les bonnes surprises s’enchaînent!

      1. Le challenge a lieu tous les mois, il faut que tu nous rejoignes! en mars, il faut lire un classique que l’on est censé détester et en avril c’est « Voyage, voyage », ça devrait t’inspirer ça! 🙂

        1. Je suis d’accord! Je vous rejoins avec plaisir. Tu me dis comment m’y prendre, stp?

          1. Super! 🙂 🙂 🙂 Tout est expliqué par là : https://aumilieudeslivres.wordpress.com/2020/04/20/les-classiques-cest-fantastique/ Et Moka publie quelques jours avant le logo du mois sur sa page facebook 😉

          2. Bon, je suis au fait! Merci pour les infos. Selon mes prochaines lectures, je vais voir si je peux arriver à caser un bon petit classique!

          3. Ca marche! J’espère t’y retrouver à la fin du mois 😉

          4. Ça ira un peu plus tard. Trop de lectures au programme prévues pour les deux prochains mois…

Laisser un commentaire